Haut Mustang, Népal

Le Mustang est le rêve des trekkeurs, des amoureux des grands espaces. Entre paysages lunaires, temples bouddhiques et sommets himalayens, découvrez l’ancien Royaume tibétain.

Dans ce guide de voyage, je vous aiderai à rendre votre voyage au Haut Mustang inoubliable.

A la recherche d’un hébergement ? Cliquez ici pour voir les meilleurs offres.
 

L’Histoire du Haut Mustang en bref

Le Mustang vient du mot tibétain Mun Tang qui signifie plaine fertile. On l’appelle aussi Royaume de Lo.

Cette région est un des plus importants sites archéologiques d’Asie. D’ailleurs, si vous faites un trek au Mustang, vous aurez l’occasion de voir différentes grottes qui servaient d’habitation.

Anciennement indépendant, Le Mustang est rattaché au Népal depuis 1951.

La capitale historique est Lo Manthang et le Raja occupa une position honorifique jusqu’en octobre 2008, date à laquelle la République du Népal abolit la monarchie au Mustang.

« Le Mustang constitue une particularité ethnique et culturelle. « Nous sommes népalais mais naturellement tibétains », selon de roi Jigme Singi Palbar Bista »

Ce petit royaume préalablement préservé par l’autorité du Raja, reste jusqu’à aujourd’hui protégé par les dirigeants de la République Népalaise.

La région s’étend sur 1200 km2. On y accède soit par le Sud en longeant la rivière Kali Gandaki coulant entre le Dhaulagiri (8172 m) et l’Annapurna (8078 m); ou bien par le Nord, en empruntant la nouvelle route chinoise qui passe par le Tibet.

 

Pourquoi aller au Haut Mustang

Le Haut Mustang fait partie des régions qui vous attire aussi bien par la beauté des paysages lunaires que par ces gigantesques sommets enneigés.

Cet environnement vous amène à l’introspection.

Loin de l’animation survoltée habituelle des villes, enfin, vous pouvez prendre le temps de faire le point avec vous même. Je pourrais même dire que cela me fait penser aux chemins de Compostelle.

Vous pourriez faire un trek seulement accompagné d’un guide si cela vous convient.

Pour autant, la majorité des treks se fait en groupes organisés par des agences. Vous vous retrouvez à une dizaine de personnes accompagnées d’un guide et de porteurs. On peut dire que pendant ces 10 à 15 jours, vous partagerez des moments forts qui vous permettront peut être de vous faire de nouveaux amis épris des mêmes passions. En ce qui me concerne, j’ai gardé plusieurs contacts que je vois régulièrement.

Combien de temps rester au Haut Mustang ?

A priori, la durée du séjour dépendra de ce que vous voulez voir au Mustang et si vous voulez le faire en solo ou en groupe.

Si vous choisissez la méthode solo, vous pouvez rester quelques jours en fonction de votre nombre de jours disponibles.

Par contre, si vous choisissez d’aller jusqu’à Lo Manthang, le parcours dure un peu près 12 jours.

 

Déroulement du trek de Katmandou jusqu’à Lo Manthang

Ce trek s’est déroulé au début Novembre. Normalement, vous devriez avoir du beau temps et une température correcte. Il est tout de même raisonnable de prévoir des vêtements chauds et un duvet. Les lodges ne sont pas chauffés en général.

1er jour – Arrivée à l’aéroport de Katmandou.

Vous pouvez soit arriver avec votre visa ou le faire sur place.

Votre hôtel peut venir vous chercher si vous lui demandé, si non, vous prenez un taxis jusqu’à ce dernier en vous armant de patience car il y a souvent beaucoup d’embouteillage.

2ème jour – Visiter Katmandou

Vous pouvez passer une journée pour visiter Katmandou . Je vous conseille de le faire en taxis afin d’aller à l’essentiel. Il faut savoir qu’en 2015, a eu lieu un grand tremblement de terre qui a endommagé beaucoup de Temples de Katmandou. Peu de ces derniers sont visitables actuellement.

Le mieux aurait été de rester 2 jours de plus, mais cela dépend de votre temps de libre et de votre budget.

Pour ma part, j’ai préféré visiter:

Le temple Pashupatinath

Le Stupa de Bodnath

Patan

Bhaktapur

3ème jour – Voyage en bus de katmandou à Pokhara

Aujourd’hui, nous partons de Katmandou pour aller à Pokhara. Un bus touristique fait le trajet entre 6 et 7 heures. Nous rejoignons notre hôtel qui bien souvent se trouve près du lac Phewa. C’est ici que se rassemble la plupart des touristes.

Les bords du lac sont très agréables à longer à pied. De nombreux restaurants vous proposent d’excellents repas. De plus les lieux sont romantiques à souhait. Vous aurez la possibilité de rencontrer de nombreux locaux.

4 eme jour – Vol Pokhara / Jomson, puis Trek Pokhara / Katbeni – 3 h

Le moment vraiment attendu est arrivé pour rejoindre le Haut Mustang.

De Pokhara, nous prenons l’avion pour Jomson. Aussitôt arrivé, nous commençons notre trek jusqu’à Katbeni durant 3 heures de marche. Nous retrouvons notre lodge situé à 3800 mètres d’altitude.

Si on veut prendre l’avion pour Jomson, il faut partir de bonne heure sachant qu’après 11 heures du matin le vent se lève sur la vallée de la Kali Gandaki et empêche les avions d’atterrir. Nous quittons donc Pokhara à bord d’un avion à hélice qui contient 19 places.

Le vol dure 25 minutes et traverse l’Himalaya en survolant la vallée de la Kali Gandaki qui sépare les Annapurnas et le Mont Dhaulagiri. Nous sommes donc entre deux montagnes de plus de 8000 mètres. A la bonne saison, le contraste entre les chaines de montagne aux sommets enneigés avec la vallée cultivée d’un vert intense est impressionnant, pour aujourd’hui, on se contentera de la couleur de la terre.

L’atterrissage à Jomson, un peu chaotique car la piste est en terre battue, nous permet de mettre le pied au Mustang.

Nous prenons aussitôt la route pour un trek de 3 heures qui nous mène à Kagbeni. 3800 mètres. Nous passerons la nuit dans un Lodge de ce village.

Le paysage est sublime. Il est constitué de montagnes qui se succèdent aux couleurs ocre. Elles se réunissent en tombant dans la rivière Kali Gandagiri.

L’arrivée au village de Kagbeni nous dépayse complètement. Les drapeaux de prière sont présents partout. Il est difficile de ne pas s’apercevoir qu’on est en territoire bouddhiste. Par contre, de l’autre côté du village une pancarte nous montre bien qu’il est interdit d’aller plus loin sans permis d’autorisation de visite du Mustang.

 

Le 5 ème jour – Kagbeni / Chaile, Trek pendant 5h à 3050 m d’altitude

Après une nuit de sommeil bien méritée, nous nous dirigeons vers le poste de police « Tourist Check – Post & Information Centre ».

Une fois les différentes formalités remplies par notre guide (enregistrement du permis de circuler dans cette zone), nous faisons tourner le moulin à prières du village et partons sur le chemin escarpé parallèle à la rivière. Aucune végétation à l’horizon, que du caillou sur des pentes raides. Il est malgré tout rassurant de savoir que ce chemin mène à d’autres villages.

Notre groupe marche l’un derrière l’autre à rythme égal. Je me trouve presque en queue de peloton ce qui me permet de constater que nous sommes peu de chose parmi cette immensité.

Les paysages passent au fil de nos pas et se ressemblent par leur nudité. Malgré tout, nous traversons le village de Tangbe (3010m) entre kagbeni et Chusang. Il est entouré par une plantation de pommiers et des cultures de céréales.

Le village était placé sur la route du sel entre le Tibet et l’Inde mais depuis l’évolution des transports, beaucoup d’habitants se sont exilés à Katmandou, Pokhara ou même aux Etats Unis d’Amérique.

Nous continuons notre route sur des sols caillouteux, d’autres sablonneux longeant par moment des hautes parois verticales majestueuses. L’érosion de la roche sur ces parois dessine de grandioses cathédrales. Après un moment, on traverse la rivière sur un pont de fortune pour se retrouver face à d’impressionnantes falaises couleur ocre. Nous découvrons 20 cavités creusées dans une couche de matériau alluvial, celles-ci ont servi d’hébergement à des écritures sacrées de la Prajnaparamita.

Nous entamons la dernière partie de notre périple de la journée en attaquant une montée en lacet qui nous mène au village de Chaile situé à 3050 mètres d’altitude. Nous pouvons admirer la face nord du Nilgiri (7061 m).

Une jolie porte nous ouvre l’entrée de ce hameau. Il est perché en haut d’un mont qui lui permet de contrôler toutes les allées et venues de la vallée.

Nous logeons à l’hôtel mustang gate pour la nuit.

6 ème jour – Chaile / Ghiling, Trek en 6h30 à 3570m d’altitude

Nous poursuivons notre chemin entre descentes de collines pour toucher le fond du canyon puis remontée ardue dans les pentes sablonneuses pour un panorama à couper le soufflé.  Nous apercevons quelques vautours à la recherche de nourriture.

Nous nous engageons au fond d’un canyon puis on traverse un torrent pour remonter la gorge sur 400 mètres. Nous arrivons au bas de l’escalier de la grotte de Chungsi. La visite de la grotte revient à 100 rs,  une imposante stalagmite  prône au milieu du site, quelques Chörtens l’entourent.

La grotte de Chungsi (appelée aussi grotte de Ranchung) est selon la légende le lieu où Guru Rimpoche, sage bouddhiste du 8è siècle qui a introduit le bouddhisme au Tibet, aurait séjourné et médité.

La fin de notre périple du jour se déroulera sans encombre dans l’émerveillement, devant les multiples panoramas à couper le souffle dont le massif des Annapurnas et  le Damodar himal.

Ghiling (appelé aussi Geling) est différent des villages du Mustang par la position espacée des maisons. Il renferme plusieurs sites à visiter dont un monastère, les ruines d’un ancien fort et plusieurs Chörtens. Devant le village vous découvrirez de nombreux champs en terrasses  irrigués ainsi que des plantations de pommiers et de peupliers. On y cultive du blé, des petits pois, de l’orge, du sarrasin en terrasse.

 

7 ème jour – Ghiling / Dhakmar, Trek de 5h à 3820 m d’altitude

Nous nous engageons sur une piste située entre Annapurna d’un côté et les hauts plateaux du Mustang de l’autre. Puis entre descentes et montées nous arrivons dans le village de Ghami (3560m).

C’est le troisième village du Mustang, c’est dire qu’il est plus grand que bien d’autres. Les maisons sont recouvertes de chaux blanche et construites au pied de la falaise en dégradé d’ocre. Autour du village sont cultivés de nombreux champs. Les attractions du village sont les ruines d’un ancien fort et un monastère du 13è siècle « Shedrup Darkeling Gompa » des chörtens bien sûr dont un à tête de bouddha, rare dans cette partie du Népal. Si vous avez le temps, vous pourrez voir les nombreuses grottes entourant le village qui servaient de refuge contre les envahisseurs.

Pour déjeuner, le Mustang hôtel vous reçoit dans un intérieur richement décoré. Il faut savoir que c’est l’ancienne demeure de la sœur du roi du Mustang

Nous nous engageons de l’autre côté de la gorge de la rivière Ghami Khola et passons devant le plus long chemin à prière du Mustang, long de 1 kilomètre et un groupe de chörtens. Nous continuons notre route avec passage de rivière et montée facile dans un cadre époustouflant  de parois rouges qui dominent le village de Dhakmar.

Dhakmar appelé aussi Drakmar (3820 m) regroupe quelques habitations en roches et briques de boue séchée enduit de chaux. Elles sont construites au pied d’immenses falaises ocre rouge formant pour sûr l’un des paysages les plus grandioses du Mustang. Pour ceux qui aiment les légendes, on dit que la couleur rouge provient des éclaboussures du sang de l’ogresse Ballmo durant son combat avec Guru Rimpoche au 8è siècle.

Au bout de la vallée vous trouverez d’anciennes habitations troglodytes creusées dans la falaise.

Nous avons dormi à l’hôtel « Dhakmar Red Hill Guest House »

8 ème jour – Dhakmar /Tsarang, via ghar gompa (lo geker), 5h – 3560m

Après une bonne nuit de sommeil nous reprenons la route pour Ghar Gompa. Entre cols à plus de 4000m et vallée nous avons eu la chance de voir des Bharals qui vivent dans cette région.

Le bharal est un animal préhistorique qui ressemble à un bouquetin. Nous traversons des alpages ou paissent chèvres et yacks avant de rejoindre le monastère très vivant de Ghar Gompa, haut lieu du bouddhisme, le premier construit au Mustang au 11è siècle ( on écrit aussi 7 ème siècle), de l’école Nyingmapa dont les fresques ont été restaurées.

Nous reprenons le sentier qui nous mène à la rivière, nous passons devant des murs de manis et des chortens. Nous traversons la rivière et marchons jusqu’au village de Marang (3800m). Nous traversons le village et prenons la direction des pénitents de grès. Plus loin nous traversons la rivière par une passerelle métallique et longeons celle-ci le long de pénitents jaunes et blancs.

Nous abordons enfin les champs clos du village de Tsarang et voyons au loin son palais royal dressé au pied du plateau.

On se rapproche d’un groupe de chortens pour mieux apprécier la vue sur le village puis on marche jusqu’à notre hôtel pour déposer nos affaires. On se remet vite en marche car on ne veut pas perdre de temps pour visiter cette superbe petite ville. Il faut dire qu’il y a un certain temps elle était la capitale du Mustang avant que la cour royale fut déplacée à Lo Manthang. Il y a de quoi occuper plusieurs heures à explorer les chortens, la gompa et le palais, sans oublier de se perdre dans les rues pour mieux entrer en relation avec la population. Les habitants profitent des derniers rayons du soleil assis sur les marches des maisons.

A part ça, les gens ne manquent pas d’occupation, les uns préparent du thé au beurre dans une baratte, on appelle ça un dhongmo. On peut aussi voir les personnes filer la laine de yak ou la travailler sur des métiers à tisser. Vous aurez peut-être la chance de voir les villageois trier le grain, ou distiller le chang (alcool d’orge).

Par contre, l’épouillage est courant entre femme et se rencontre fréquemment. D’autres villageois empileront des galettes de bouses de vaches sur les toits (sert de combustible).

On n’oubliera pas de voir partout des drapeaux tibétains pour honorer les dieux.

 

9 ème jour – Tsarang / Lo Mantgang, arrivée vers midi à Lo Manthang, après-midi visiter les monastères, nuit en lodge, 4h30/3810 m

De nouveau on reprend la route. Notre sentier est balisé par des chörtens de différentes couleurs. On marche d’un collet à l’autre tout en longeant à distance le canyon. Après le chörten de Sungda (3800m)  d’une grande beauté, on atteint un plateau puis le col du Lo La  (3950m). De ce col, on peut admirer la capitale du Mustang construit dans la vallée. Elle est entourée de hauts murs de protection et positionnée au milieu d’une vaste surface cultivée.

On se rapproche de la ville puis on passe la porte d’entrée pour retrouver notre hôtel.

Cette capitale située à 3840m renferme 120 maisons, 3 monastères et un palais royal. On comptait 569 habitants en 2011. La langue parlée est le tibétain. On pratique le commerce avec le Tibet.

Le Festival de Tenji qui a lieu au mois de mai, rassemble pendant 3 jours des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants venus de la montagne pour commémorer la victoire de Dorje Sonam, une réincarnation de Bouddha. Chaque année, de nombreux locaux revêtus de leurs plus beaux habits traditionnels dansent sur la place royale.

Depuis 2014, Lo Manthang est reliée à la Chine par une route. La vie des habitants a été bouleversée. Les transports qui se faisaient à dos de mulets pendant des jours sont terminés. Les habitants ont troqué leur lampe au kérosène pour des panneaux  solaires, leurs bottes en peau de vache cousue main pour des baskets. Pratiquement toutes les maisons sont couvertes par des paraboles.

Terminé l’époque où le Mustang était préservé de toute influence extérieure. Pour autant, le Népal cherche à préserver le mustang et sa culture en limitant le nombre de touristes et en imposant une taxe de 500 dollars pour visiter la région.

Les jeunes délaissent la robe tibétaine traditionnelle pour porter le jean, les portes de la ville restent ouvertes la nuit et laissent s’échapper les chevaux. Les motos occupent les rues pavées.

Je finirai en vous indiquant qu’il est possible de relier Kagbeni –Lo Manthang en camion benne en 4 à 5 jours

 

10 ème jour  – journée d’excursion à cheval vers Choser puis retour à Lo Manthang (7 à 8 h)

Les monastères et les grottes sont des caractéristiques déterminantes de tour voyage à travers le Haut Mustang. A part les monastères de Lo Manthang qui sont les plus célèbres, de nombreux autres sont dispersés dans des villages des environs. Certains sont même situés à l’intérieur de grottes.

Choser est connue pour ses sites historiques et religieux. Garphu et Nymphu gompas se trouvent à Choser. Par la même occasion, vous pourrez visiter une ancienne grotte bien entretenue et des villages où les maisons sont partiellement construites dans des grottes.

Vous pouvez faire cette excursion d’une journée en jeep, en randonnée à pied ou à cheval.

 

 

11 ème jour – Lo Manthang / Yara 5 h / 3640m

Après une nuit de sommeil bien méritée, nous partons pour 6 heures de marche en commençant par une ascension d’un petit col puis entre montée et descente nous atteignons le col de Dhi La (4050m).

Nous profitons de cet instant pour admirer le panorama et reprendre notre souffle afin d’entamer une descente raide dans les canyons  qui nous mènent au village de Dhi. Cette marche forcée entre les pénitents est véritablement un alunissage.

 Selon la saison, vous pourrez peut- être gouter les pêches et les abricots provenant des arbres plantés près de la rivière Mustang Khola. En prenant de la hauteur au-dessus de la rivière Puyun Khola vous pourrez admirer les falaises immenses dans lesquelles ont été creusées de nombreuses grottes troglodytes.

En continuant le sentier, vous arrivez à Yara (3640m), petit village composé de quelques maisons regroupées les unes près des autres. Nous y passerons la nuit.

Il est intéressant de noter que la rivière Kali Gandaki prend sa source dans le massif des Damodar Himal non loin de là.

13 ème jour – Yara / Luri gompa et retour à Yara par le village Ghara environs 5 h aller / retour

Après une bonne nuit de sommeil, nous partons pour Luri Gompa.

Luri est un ancien monastère de grottes abritant des artefacts, des fresques bouddhistes et des chortens dont certains datent du XIV e siècle. Il a été creusé dans une cheminée de fée. Un stupa trône à l’intérieur.

Pour y accéder, il faut emprunter plusieurs escaliers ainsi que des échelles, mais ça vaut le déplacement.

 

14 ème jour – Yara /Tange  6/7h – 3800m

 

 

Nous commençons notre trek par une descente dans une ravine. Puis nous remontons pour arriver sur un plateau à 3750 mètres d’altitude. Il nous permet d’apprécier un superbe panorama donnant sur le Dhaulagiri. Nous entamons ensuite une descente raide jusqu’à la vallée de la rivière Dichvang Khola. Nous traversons celle-ci pour s’engager dans une nouvelle montée suivie d’une descente qui nous amène au village de Tange.

15 ème jour – Tange/ tetang, 9/10 h – 2960 m

Aujourd’hui, la journée va être longue et éprouvante mais ce sera la plus belle.

Après un bon petit déjeuner pris de bonne heure, nous entamons notre marche. On commence par traverser la rivière Tange Khola. Il vaut mieux prévoir des tongues pour éviter de se mouiller les chaussures.

Puis on s’arme de courage pour monter jusqu’à la crête qui culmine à 4000 mètres. Nous progressons sur un plateau. La route est longue mais les paysages sont époustouflants. On ne s’en lasse pas et d’ailleurs on n’a pas envie que cela s’arrête.

Si vous avez de la chance, vous pouvez rencontrer des bergers près de Pha. Ils font boire leur troupeau sur le dernier point d’eau avant de reprendre la route.

Nous avons une belle vue sur la ville et le Kali Gandaki. Tethang semble se composer de deux villages entourés de hauts murs, qui ressemblent de loin à de grands forts.

16 ème jour – Tetang / Muktinath, 6h – 3800m

Nous avons pris l’habitude de bien petit déjeuner le matin avant de prendre la route. Heureusement car la fin du séjour se fait sentir. D’ailleurs, on n’est pas aussitôt parti que nous entreprenons une montée bien raide qui nous conduit à un plateau de plus. Nous marchons facilement dans une plaine pour mieux reprendre une montée vertigineuse durant trois heures par un chemin étroit de graviers noirs. En arrivant au col, nous prenons un peu de repos. Seuls quelques yaks et chevaux peuplent le paysage.

Par contre la vue est impressionnante. Les montagnes sont incroyablement proches! Phorung Peak est le pic le plus impressionnant bien qu’il soit le plus bas. De gros glaciers s’accrochent à ses flancs escarpés. On dirait qu’ils vont s’effondrer d’une minute à l’autre. Tilicho est complètement recouvert de neige avec des glaciers dentelés. le sommet de l’Annapurna, plus éloigné derrière, ne semble pas atteindre les 8000 mètres. Même la face nord de Nilgiri présente des glaciers qui descendent le long de la paroi rocheuse presque verticale.

Enfin, la descente vers Muktinath s’effectue avec douceur. On sent pour la première fois que le trek arrive à sa fin. Néanmoins, nous apprécions à sa juste valeur la vue imprenable sur le Dhaulagiri (8167m) et le massif de l’Annapurna (8091m). Les deux sommets ne sont séparés que de 34 km, faisant de la vallée de Kali Gandaki la gorge la plus profonde du monde.

Muktinath semble proche maintenant, mais pour y arriver, il faut traverser une autre vallée qui prend un certain temps.

En attendant les autres, nous remarquons un grand nombre de fossiles à même le sol. Nous choisissons les plus jolis.

Depuis une petite colline, la vue sur Muktinath est agréable, une grande partie de la vallée est utilisée pour l’agriculture, qui doit être encore plus belle lorsque les champs sont verts.

17 ème jour – Muktinath / Jomson

Cette dernière journée de marche s’annonce facile et intéressante.

Nous quittons Muktinath qui est surtout connu pour être le lieu de pèlerinage des Bouddhistes et des Hindous. Les Hindous font le pèlerinage pour le salut. Ils croient que se baigner dans les eaux de Muktinath délivre le salut après la mort.  On dit aussi que le dieu hindou Brahma a allumé les flammes éternelles qui brûlent à Muktinath.

Par contre, pour les Bouddhistes, Muktinath est un lieu de méditation et d’introspection, comme fit le grand sage Gourou Rinpoché (Padmasambhava).

Au mois de septembre à lieu la course annuelle de chevaux les Yartung, pendant une semaine.

Pour revenir à notre marche, une bonne partie du trek longe la rivière Kali Gandaki qui a créé une gorge magnifique. Rappelons que c’est le canyon le plus profond du monde. Les parties supérieures de la rivière sont connues pour trouver des ammonites fossilisées, appelées aussi Shaligram. Dans les parties basses du fleuve, vous rencontrerez peut être les communautés locales de Gurungs et de Margars, ainsi que des Thakalis autour de Jomson. Autour de Muktinath vivent les Lopas.

Durant la longue descente de Muktinath à Jomson, vous pouvez passer par Lupra. C’est un village de tradition bön caché dans les gorges de la Lupra Khola.

Par ailleurs, les paysages changent énormément. Après les montagnes enneigées, la végétation varie entre la jungle subtropicale et le terrain sec semblable aux plateaux tibétains.

Nous terminons donc notre trek à Jomson. La fatigue est là mais l’envie de repartir n’est pas loin.

La partie hôtellerie et restauration est prise en charge par l’agence

 

Ce guide est basé sur mes impressions personnelles et sur les commentaires d’amis et personnes que j’ai pu rencontrer.

Vous avez des questions sur votre voyage ou voulez simplement partager vos impressions ? Laissez un commentaire et je me ferais une joie de vous répondre.

2 COMMENTS

  1. Moi qui suis une grande adepte du trekking, j’ai déjà ajouté celui-ci à ma liste à faire. J’ai effectivement entendu dire que c’était le rêve des trekkeurs. En tout cas, tes photos sont vraiment sublimes !

    • Bonjour Isa, oui tu as raison c’est une destination rêvée pour les trekkeurs. Comme tu as pu le constater les paysages sont magnifiques et les Népalais sont extrêmement sympathiques. Bon futur trek alors. J’espère que tu me tiendras informée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here