Madurai, Inde

Madurai, 1.3 million habitants, c’est une des plus vieilles villes de l’Inde. Elle est âgée de 2500 ans. Des milliers de touristes et de pèlerins viennent découvrir le Temple de Minâkshî situé au cœur de la ville. C’est un grand centre économique, culturel et religieux. L’architecture et les habitants aiguiseront votre curiosité. On ne peut rester indifférent.

Dans ce guide de voyage, je vous aiderais à rendre votre voyage à Madurai inoubliable.

A la recherche d’un hébergement ? Cliquez ici pour voir les meilleurs offres.

L’Histoire de Madurai en bref

 

Pour certain, l’histoire peut être rébarbative, auquel cas vous pouvez toujours passer ce paragraphe, mais si vous prenez le temps de vous imprégner de ces écrits, vous allez peut être rentrer dans la peau des personnages.

Madurai est la deuxième ville et la capitale culturelle de l’Etat du Tamil Nadu en Inde du Sud. Et d’un autre côté, elle est située dans une région agricole fertile, traversée par le fleuve Vaigai.

Et selon la légende, le jour où la ville devait recevoir son nom, tandis que le dieu Shiva bénissait sa terre et ses habitants, le nectar divin (madhu) se mit à pleuvoir depuis sa chevelure, elle reçut donc le nom de Madhurapuri.

Pour commencer cette aventure, elle fut la capitale des Pândya (dynastie tamoule). C’est eux qu ont fait construit le Temple Minakshi.

 

Il y avait aussi les légendaires Sangams (assemblées d’érudits et de poètes tamouls). Elles  étaient organisées à Madurai sous le patronage des Pandya dont certains étaient eux mêmes des poètes.

De surcroît, les Pandya excellaient tant dans le commerce que dans la littérature. Ils produisaient les plus belles perles du monde antique sur la côte sud de l’Inde et au Sri Lanka. Ils commerçaient avec les Grecs et les Romains.

D’abord la ville s’épanouit jusqu’au X ème siècle, puis elle est conquise par les Chola qui la gouverneront de 620 au XIII ème siècle. En 1223, enfin les Pândya recouvrent leur royaume et connaissent une nouvelle prospérité, entraînant un nouvel âge d’or pour la littérature tamoule. Notamment, Marco Polo y aurait résidé.

Mais en 1311, Malîk Kâfur, général des sultans musulmans de Delhi, atteint la ville et la pille de toutes ses pierres précieuses, bijoux et autres trésors rares.

Puis, à cause de nombreuses incursions de sultans musulmans le royaume pândya chuta  et fût intégré en 1323, dans l’empire des Tughlûq qui règnaient depuis Delhi.

En 1371 cependant, le royaume de Vijayanâgara s’empare de Madurai et l’intègre à ses territoires.

Toutefois les dirigeants avaient pour habitude de laisser leur conquête sous la direction de gouverneurs appelés Nayaka qui payaient un tribut fixe annuel à l’empire.

Par contre, à partir de 1529, les Nayaka se rendent indépendants et règnent sur ces territoires pour leur propre compte jusqu’en 1736.

En outre, parmi les Nâyaka, Tirumalai Naâyaka (1623-1659) fut un dirigeant populaire qui orna la ville de bâtiments et de structures remarquables comme le râja gopuram, la tour principale du temple de Mînâkshî ou le palais des Nâyak qui sera restauré en 1870.

Plus tard, les Nawab du Karnataka s’emparèrent de Madurai juste avant qu’elle ne passe sous le contrôle de la Compagnie anglaise des Indes orientales en 1801.

 

Pourquoi se rendre à Madurai ?

D’abord, je pense qu’elle est incontournable par sa richesse architecturale et humaine, ensuite, si vous ouvrez les yeux et le cœur, je suis sûre que vous allez l’adorer.

Ensuite, Madurai était pour moi une étape entre Varkala et Pondichéry, pourtant je n’ai pas regretté cet intermède éblouissant de vie.

Rencontre avec l’habitant

Outre le fait que cette cité possède de nombreux temples à visiter, la population est très sociable et accueillante, à tel point que je me suis, malgré moi, retrouvée invitée à un mariage sans connaître qui que ce soit. A vrai dire, je passais simplement dans la rue devant la salle de cérémonie.

Il y a quelque chose que j’adore, c’est m’asseoir sur un banc et regarder la population vaquer à ses occupations journalières, je suis restée dans les rues des heures entières.

Invitation au shopping

Par contre si vous êtes accrocs du shopping, les boutiques de souvenirs sont magnifiques. Bref, on peut craquer devant les étalages de statues hindoues et toutes autres bibelots en cuivre, en bronze, en pierre. C’était magnifique.

Ensuite, je ne parle même pas des tissus en soie qui sont à des prix plus que raisonnables. Ainsi donc, Je n’ai pas manqué de m’acheter plusieurs saris et quelques vêtements légers couverts pour me protéger du soleil. La ville est d’ailleurs reconnue pour la qualité de ses textiles et de ses couturiers, je me suis fait confectionner un ensemble qui ne manque pas d’originalité lorsque je sors en France à une soirée.

Richesse architecturale des habitations

En dernier lieu, si vous aimez l’architecture, vous allez être ébloui par les façades des maisons et des boutiques qui sont parfois très anciennes et qui comportent des décorations sculptées de toute beauté.

 

Combien de temps rester à Madurai ?

Somme toute, c’est une bonne question et pour visiter les différents temples et faire les magasins, vous pouvez rester trois jours.

Mais cette ville est tellement attachante que vous aurez peut être envie de vous imprégner plus en profondeur de tous ses charmes.

Comment se déplacer à Madurai ?

Ainsi vous avez plusieurs styles de transport:

Vous avez pour commencer l’auto rickshaw, pratique, il se faufile partout. Il faut négocier les prix avant la course.

Il y a aussi le cycle rickshaw qui fait travailler beaucoup de personnes âgées. A prendre sur les courtes distances.

Pour ce qui est des bus, ils ne manquent pas, ils traversent la ville, les prix sont peu élevés, attention aux heures de pointes, ils sont bondés et vue la chaleur ce n’est pas agréable.

Et pour finir, le taxi reste le plus utilisé pour les visites guidées, c’est plus cher mais nettement plus confortable.

 

Que voir à Madurai ? Les immanquables !

En tout cas, pour ma part, ce que j’ai le plus aimé, c’est me promener le long du fleuve afin de ressentir la vraie vie des habitants. J’ai rencontré des gens simples et très attachants.

D’autre part, si vous aimez les temples style gopuram, vous allez être subjugué.

Le complexe du Temple de Meenakshi

D’abord, c’est incontestablement le plus beau temple de l’Inde du Sud. Il est gigantesque, une ville dans la ville. Ainsi sa surface intérieure occupe 6 hectares. Construit durant les premiers siècles de l’ère chrétienne, il fut détruit par les armées du sultanat de Delhi au XIVème siècle, et reconstruit sous l’initiative de l’empire Vijayanagara .Au XVI ème siècle, enfin, on le développa et on le fortifia sous la direction de Nayaks.

Ce temple est une destination de pélerinage majeure dans la tradition du Shivaisme dédié à Meenaksha Devi et à Shiva; il inclut Vishnou qu’il considère comme le frère de Meenakshi.

Le sanctuaire comporte 14 gopurams dont quatre entrées impressionnantes par la hauteur (environ 50 mètres) des tours ou gopuram et leurs décorations composées de centaines de sculptures aux couleurs éclatantes.

Des dizaines de milliers de croyants et de touristes viennent le visiter durant la journée.

La fête annuelle de Meenakshi Tirukalyanam, a lieu pendant le mois tamoul de Chittirai  entre avril et mai, elle accueille plus d’un million de pèlerins et de visiteurs. Elle célèbre le mariage de Sri Meenakshi et de Sundareshwara. Durant les festivités, les statues des divinités parcourent  la ville en chars  suivies de milliers de pèlerins.

Le complexe comprend les lieux suivants:

Mandapam Meenakshi Nayakkar composé de 110 piliers sculptés.
Mandapam Vasantha. Construit par Thirumalai nayakkar. Ses piliers sont sculptés de représentations de Shiva et Meenakshi.
Le séminaire.
Le Mandapam Ashta Shakti. Et oui, on y distribue gratuitement de la nourriture aux fidèles, comme au Golden Temple à Amritsar, dans des proportions moindre tout de même.
Portamaraikulam ou réservoir du lotus d’or. C’est à cet endroit que la société littéraire tamoule ou Sangan se réunissait pour décider du mérite des travaux littéraires qui lui étaient présentés.
Mandapam Oonjal (balançoire) et le man – dapam kilikootu (cage de perroquets). Chaque vendredi on y chante des hymnes.
Temple Sundareshwar. Un Lingam prône au centre de la cour et glorifie Shiva.

Dommage pour vous, le temple n’est pas accessible aux touristes.

Le musée du temple. Si vous avez du temps, vous compterez 985 piliers tous plus beaux les uns que les autres, ils forment le hall ou mandapam. Au delà vous avez des piliers musicaux qui produisent des sons différents les uns des autres.

Je n’ai pu prendre de photos car les appareils photos, caméras et téléphones portables sont interdits. Je précise aussi que les shorts sont refusés malgré la chaleur.

Le palais de Thirumalai Nayak

C’est un palais de style indo-musulman construit en 1636 sous le règne du roi Thirumalai Nayak. Il fut en partie détruit. Aussi, il ne subsiste que la porte d’entrée principale, la salle de danse et le hall principal. Fin XIX siècle, il fut rénové pour devenir la résidence de plusieurs hauts fonctionnaires britanniques.

Le Bassin de Mariamman Teppakulam

Durant la fête de Teppam en janvier, on remplit le bassin. Ainsi donc, à cette occasion les effigies des divinités du temple de Sri Meenakshi traversent le bassin sur des radeaux et sont installées à l’intérieur de ce temple. Par ailleurs, la fête rassemble des milliers de fidèles et dure douze jours.

Le musée Gandhi

Il se trouve dans l’ancien palais de Rani Mangammal.

Vous découvrirez l’histoire de l’indépendance de l’Inde et la vie de Gandhi. D’ailleurs, c’est à Madurai que Gandhi décida de se vêtir comme les pauvres en dhoti, ce dernier couvert de sang que portait Gandhi lors de son assassinat en 1948 est exposé à l’intérieur.

 

Pour celui qui désire s’imprégner de la vie des habitants, vous n’avez pas à aller loin. D’une part, il vous suffit de marcher autour du Temple Mînakchî et dans les rues perpendiculaires pour en recevoir plein les yeux.

D’autre part, un marché installé dans un ancien temple de toute beauté vaut le déplacement, il est situé non loin du Temple Mînakchî

 

Le temple de Thiruparankundram

Quoiqu’il en soit, vous devez parcourir 8 km en partant de Madurai pour atteindre la colline de granite de 300 m de haut ayant la forme d’un éléphant. D’abord des pièces anciennes taillées dans la roche ensuite des constructions plus récentes à l’avant de style Gopuram composent ce temple. Ce lieu est très animé et possède une vie religieuse active.

C’est l’un des six principaux lieux de pèlerinage pour la dévotion du fils de Shiva – Muruga, dieu de la guerre hindou tamoul et patron du Tamil Nadu. Après avoir libéré toutes les divinités en vainquant les démons, Muruga revint sur la colline de Thiruparankundram et épousa Devasena, fille d’Indra, offerte en cadeau de victoire. Depuis ce jour, ce sanctuaire est l’un des plus vénérés du Tamil Nadu. Les Tamouls se marient ici surtout pendant le festival du mariage -Panduni Uttiram, à la fin du mois de mars.

Chaque jour, on organise des rituels de pooja selon le kamika aghamam.

Il y a un sanctuaire musulman consacré à Sekunder (Alexandre le Grand), grand ami de Muruga au sommet de la colline.

On peut se rendre au temple en prenant un train de Madurai-jonction direction Tirunelveli et s’arrêter à Thiruparankundram, ou prendre un taxi, ça dépend de votre porte monnaie.

Le temple de Alagar

De toute manière vous devez prendre un taxi de Madurai pendant 20 km pour arriver dans les collines du village d’Alagar Koi et admirerez cet édifice dédié au Dieu hindou Vishnou. Ainsi, il est construit dans le style architectural dravidien et occupe une superficie d’environ 0.81 hectare. En outre, un gopuram à cinq niveaux occupe l’entrée et une enceinte rectangulaire avec d’énorme murs de granit entoure l’édifice.

 

Déjeuner et Dîner

De fait, vous avez beaucoup de choix de restaurants autour des temples qui vous donneront satisfaction.

Mais pour commencer, juste un petit aperçu des marchandes de fruits et des vendeurs de Chaî. A propos, c’est mon point faible, j’en buvais toute la journée.

A vrai dire, les restaurants de la région servent en majorité un plat appelé: thali, il est plutôt originaire de l’état du Rajasthan. Si vous n’aimez pas, c’est ballot. Par contre, j’ai trouvé ce plat délicieux. Pour explication, c’est un assortiment de légumes, de riz, de dal, de dahi (yaourt), servis séparément dans de petits bols en métal disposés sur un plateau rond. En outre, des chapatis ou des puris (pains) accompagnent vos repas.

Sree Mohan Bhojanalay Pour ce premier restaurant, le local est simple, la nourriture est bonne et le prix est raisonnable, le personnel est accueillant.
Sree Sabarees. Pour ce deuxième restaurant, il se situe non loin de la gare ferroviaire. De même, le service est rapide et la nourriture est délicieuse, d’ailleurs on peut dire que c’est une des meilleures cantines du sud de l’Inde. Notamment, les sauces sont excellentes, et, pour le thali, les serveurs repassent et vous resservent si vous le désirez.

 

Où dormir à Madurai

Hotel Vijay

D’une part, la chambre est à 12 euros la nuit, mais en plus, l’hôtel est à 13 minutes à pied du temple Mînâkshî, ce qui est raisonnable.

Aussi la chambre est correcte et relativement silencieuse.

Astoria hotels

Par contre, pour 45 euros sans petit déjeuner, vous avez une chambre confortable avec une literie de qualité et une climatisation.

Mais là, vous marcherez 18 minutes pour atteindre le temple Mînâkshî .

Treebo Simap Residency

De même, vous pourrez avoir une chambre à 22 euros la nuit et le petit déjeuner offert.

En plus, vous serez à 4 minutes à pied du temple Mînâkshî,

Notamment, les chambres sont confortables.

 

Quand aller à Madurai

En premier lieu, il ne faut pas craindre la chaleur pour aller à Madurai

Enfin, il vaut mieux s’y rendre de décembre à mars, la température oscille entre 22 et 34°. C’est le meilleur moment pour se rendre dans cette région.

 

Comment se rendre à Madurai ?

D’abord, il y a 5 possibilités pour aller à Madurai:

Ainsi donc si vous prenez comme exemple le trajet Pondicherry à Madurai:

Premièrement, vous avez un aéroport international à 12 km de la gare routière de Madurai. Puis vous rejoindrez le centre ville en taxis, cela vous reviendra à 3 ou 4 euros.Pour ce qui est du trajet en avion, vous débourserez de 36 à 167 euros pour une durée de 3 h 20.

Deuxièmement, il y a une gare ferroviaire qui dessert de nombreuses villes. durée 6 h 30 pour 6 à 24 euros.

Troisièmement, on a la possibilité de prendre le bus, c’est le plus économique, durée 7 h 30 pour 6 à 10 euros.

Ensuite, le taxis est une option qui vous coûtera entre 60 et 75 euros pour 5 heures de route.

Puis pour finir, en louant une voiture, le même trajet vous reviendra entre 29 et 45 euros.

 

Ce guide est basé sur mes impressions personnelles et sur les commentaires d’amis et personnes que j’ai pu rencontrer.

Vous avez des questions sur votre voyage ou voulez simplement partager vos impressions ? Laissez un commentaire et je me ferais une joie de vous répondre.

LAISSER UNE REPONSE

Ecrivez votre commentaire
Ecrivez votre nom ici