Histoire: la ville au passé tortueux

Vientiane fut bâtie au bord du Mékong au IX ème siècle. Elle prospéra grâce à ses terres fertiles.

Durant des siècles, elle connut des périodes de fastes et des périodes de déclin (domination vietnamienne, birmane et siamoise.

Au XVI ème siècle, elle connut son âge d’or et devint la capitale de Lang Xang, elle devint un centre d’enseignement bouddhique, de nombreux Vat furent construits. Cela ne dura pas, les invasions des birmans, des siamois et des chinois provoquèrent l’anéantissement de la cité.

Au XIX ème siècle Chao Anou restaura la ville et fit bâtir le Vat Si Saket , mais elle fut une fois de plus rasée par les troupes siamoises en 1828 et ses habitants expulsés.

A la fin du XIX ème siècle Vientiane se retrouva sous l’influence française.

Elle devint la capitale du protectorat français du Laos en 1899.

La ville fut reconstruite au fur et à mesure par les explorateurs français. On peut encore voir quelques demeures coloniales ainsi que quelques bâtiments administratifs.

En 1928, il y avait 9000 habitants pour la plupart vietnamiens.

Après la seconde guerre mondiale, Vientiane commença à croitre grâce à des experts français et américains ainsi que des dollars.

En  1975 arriva le Pathet Lao, il ferma toutes les discothèques fréquentées par des espions de la guerre froide et s’érigea contre le bouddhisme.

Depuis les années 1990, Vientiane a retrouvé son dynamisme.

Grâce au 10ème sommet de l’ASEAN en 2004, et aux 25ème jeux d’Asie du Sud-Est, Vientiane a entrepris une reconstruction du bâti et une amélioration de la circulation.

Actuellement, la chine s’intéresse fortement au Laos et participe financièrement aux investissements du réseau routier.

10 raisons de visiter Vientiane

On peut visiter Vientiane en taxis, à vélo ou à pieds comme moi. Du centre-ville on peut sillonner:

Centre d’information de la COPE

Principal fabriquant au Laos de prothèses de membres, d’aides à la marche et de fauteuils roulants.

Le Laos fut le pays le plus bombardé de l’Histoire. Les bombes non-explosées (UXO)  font encore à l’heure actuelle de nombreux morts et blessés.

Plusieurs équipes de déminage de la COPE mettent à jour régulièrement des bombes de toutes sortes.

Des films relatant cette période sont projetés dans une salle toute la journée. On en ressort bouleversé.

La visite est gratuite.

Vat Si Saket

Il a été érigé au début du XIXème siècle par Chao Anou. C’est la seule pagode de l’époque encore existante après les exactions des siamois en 1827.

 

Vous pouvez découvrir 10 000 Bouddhas sous le cloître. On entend dire qu’il pourrait y avoir un Bouddha parmi eux qui aurait le pouvoir d’exaucer les vœux.

Le Pha That Luang

C’est un stupa (monument bouddhiste) doré entouré par un cloître, il est situé à 3 km du centre-ville. C’est le monument le plus sacré du pays. Il est dit qu’il possède un cheveu de Bouddha. On le trouve sur les armoiries du Laos et sur les billets de banque.

Le Patuxai

En 1969, Il a été érigé en hommage aux morts laotiens qui ont combattu la France pendant la guerre d’indépendance.

Ce monument m’a étrangement rappelé l’arc de triomphe de Paris.

Lorsque j’ai remonté l’avenue Lan Xang pour atteindre le Patuxai, j’ai eu l’impression d’être sur les champs Élysées.

Par contre, petit aparté cocasse, la construction du Patuxai a été terminée avec le ciment donné par les américains qui devait servir à l’élaboration de l’aéroport.

Le Palais présidentiel

Il est situé au début de l’avenue Lan Xang et la rue Setthathirath.

C’est un bâtiment style beaux-arts terminé en 1986. Il servit de résidence du gouverneur colonial français et devint après l’indépendance, la résidence royale.

Actuellement, il est dédié aux importantes cérémonies nationales.

Il apparait sur le verso du billet de 50 000 kips.

Il est imposant et très beau, sa visite est un plaisir des yeux.

 

Près du Mékong, vous pouvez découvrir une belle et haute statue en bronze de Cha Anou, dernier roi de Vientiane (1767- 1829). Ce dernier fit construire de Vat Sisakhet, toujours visible actuellement.

 

Il participa à un certain nombres de guerres contre les Birmans et contre les Thaïlandais, mais fut vaincu et prisonnier du souverain Thaï Rama III. Ce dernier pilla Vientiane et la détruisit.

 

Cha Anou devint malgré tout le héros des mouvements nationalistes Laotiens.

Haw Pha Kaeo : musée nationale d’Art Sacré

Les marchés de Vientiane : Talat Khua Din et Talat Sao

Le marché de nuit qui se trouve sur les bords de Mékong est intéressant et sympathique.

Pour conclure, dans le centre-ville vous pourrez trouver un grand choix de restaurants et de cafés qui pourront même vous proposer de la cuisine française ainsi que de bons pains français.

Transport

J’ai remonté jusqu’à Vientiane en bus qui n’avait de VIP que le nom. J’ai voyagé de nuit durant 11h dans un inconfort complet. Si vous devez prendre le bus soyez vigilent sur le choix de la compagnie.

 

Logement

Vous avez le choix des hôtels dans le centre-ville.

Voici le mien trouvé par hasard Souphaphone Guesthouse.

2 COMMENTAIRES

  1. Malgré les turpitudes tu dois « en prendre plein les yeux » tout de même!
    Tu ne retiendra que le meilleur à raconter à tes petits enfants!
    Bises!!!

    • bonjour Georges, si tu pouvais voir les beautés que je rencontre au Myanmar, c’est magnifique, seulement j’ai des problèmes d’enregistrement de mes photos sur one drive il faudra patienter, c’est un voyage fabuleux que je commence à apprécier maintenant dans l’acceptation des différences, car nous ne sommes pas dans le même monde ici,les gens sont adorables et on se sent en sécurité ici , je te dis à bientot, bises martine

LAISSER UNE REPONSE

Ecrivez votre commentaire
Ecrivez votre nom ici